Prima donna

Les rivales des castrats

« Le timbre de Nathalie Stutzmann mérite de nombreux qualificatifs : chaleureux et terrien, d'une moiteur sensuelle, plein de dignité et d'une majestueuse assurance. » Stephen Eddins, ROVI

Les contraltos féminins occupent sans conteste la place d'honneur dans l'œuvre lyrique d'Antonio Vivaldi qui, d'Ottone in villa, son premier opéra connu, jusqu'à L'oracolo in Messenia, afficha une faveur marquée à l'égard de cette voix fascinante. Tandis que le public acclamait les castrats comme des demi-dieux, le compositeur vénitien préférait rendre hommage au bronze tour à tour rutilant et caressant de ces chanteuses dont il fit bien souvent les véritables vedettes de ses opéras.
Prima donna régulière, le contralto féminin y fut également à plusieurs reprises le primo uomo. Nombre des premiers rôles masculins des opéras vivaldiens, traditionnellement conçus pour des castrats, furent ainsi créés par une femme en travesti.
Le programme du spectacle Prima Donna illustre cette originalité historique en réunissant certains des plus beaux airs, célèbres ou inédits, que Vivaldi composa pour ces chanteuses choyées.
Un itinéraire au pays des contraltos vivaldiens en compagnie de la voix profonde Nathalie Stutzmann.

Orchestre Orfeo 55

Salle Garnier
Opéra de Monte-Carlo
  • ♦  9 décembre 2011 - 20 H 00 
  • ♦ 10 décembre 2011 - 20 H 00 

Contralto Nathalie Stutzmann

 

Galerie