S.A.R. la Princesse de Hanovre

La saison qui va débuter est cette année toute particulière.
Bien sûr, l’attrait des œuvres proposées, l’équilibre du choix des époques, des compositeurs, la riche palette des voix retenues pour servir les œuvres, l’inventivité des mises en scène, ne font que s’inscrire dans ce qui est devenu, au fil du temps, la marque de fabrique de l’Opéra de Monte-Carlo.

En revanche, elle est particulière par l’étrangeté de la période que nous traversons, avec la profonde gratitude que je ressens pour les artistes  et les équipes grâce à qui l’activité culturelle se poursuit en Principauté.

Elle est particulière, surtout, si l’on se souvient qu’au mitan d’une carrière déjà bien remplie, Jean-Louis Grinda a pris la direction de l’Opéra en 2007 (succédant au cher John Mordler). Et, au long de ces bientôt quinze saisons, il a bâti un édifice aux bases pérennes  et aux élévations flamboyantes. Il a maintenant souhaité conclure  cette longue étape.

Avec l’aimable complicité de Cecilia Bartoli et de ses Musiciens du Prince-Monaco, Jean-Louis Grinda nous propose donc une ultime saison, non pas en forme de feu d’artifice, mais plutôt comme le témoignage vivant de son amour pour l’Opéra, un amour qui se partage.

Le temps n’est pas (encore) venu des hommages.
Il est celui des accomplissements.
Je vous invite, cette année encore, à en profiter.

les spectacles

S.A.R. la Princesse de Hanovre